dimanche 10 février 2013

Un appel à la cohésion...


Nous autres, directeurs et directrices d'école, vivons actuellement une période difficile. Les appels à la grève, les réticences plus ou moins fortement exprimées quant au changement des rythmes scolaires, les difficultés à se faire entendre de certaines municipalités, ou les revendications salariales, et j'en oublie certainement, mettent à mal notre conscience d'enseignant. Car nous sommes d'abord enseignants, bien entendu. Toute cette atmosphère pesante que nous vivons actuellement est certainement compliquée à vivre pour beaucoup d'entre nous.

Néanmoins, nous ne devons pas oublier qu'un problème majeur du système éducatif public français est la place particulière des directeurs d'école du primaire. Notre situation ne s'améliore pas, elle aurait même plutôt tendance à quotidiennement se compliquer. Sans existence juridique, sans le temps nécessaire à notre travail, sans reconnaissance institutionnelle ni salariale, nous ne pouvons pas exercer notre mission dans la sérénité, ni comme nous le souhaiterions. Nous sommes quotidiennement contraints à faire des choix parfois frustrants, ou à renoncer à des actes que nous aurions aimé accomplir pour le bien-être et la réussite des élèves de nos écoles.

Notre absence de statut reste un point fondamental à mes yeux pour une véritable "refondation" de l'école primaire publique. Directeur d'école je suis, directeur d'école je voudrais rester, mais en ayant enfin les moyens de ma mission.

C'est pourquoi je fais un appel à la cohésion des directeurs d'école sur ce sujet. Même si d'autres questions ou d'autres revendications, aussi importantes soient-elles à nos yeux, sont actuellement en débat dans nos écoles, nous ne devons surtout pas perdre de vue la question primordiale de la direction d'école. Des discussions doivent s'ouvrir avec le ministère de l’Éducation nationale; un groupe de travail a été formé à la DGESCO à notre sujet; le GDiD n'a pas chômé ces dernières semaines en travaillant tous azimuts avec divers syndicats et associations qui nous soutiennent et avec lesquels nos rapports sont étroits.

Ne nous laissons pas distraire de notre objectif: nous voulons un statut clair et précis pour tous les directeurs d'école de France, primaire, maternelle ou élémentaire, métropolitaine ou d'outre-mer.

Nous avons toujours besoin de votre soutien. Vous avez été nombreux à nous rejoindre ces dernières semaines. Vous devez être tout aussi nombreux à le faire dans les jours qui viennent, car plus nous serons, plus nous serons forts dans les discussions qui s'annoncent. La cotisation au GDiD ne coûte que 20 € pour l'année scolaire. Nous sommes tous plus ou moins financièrement dans la gêne, mais ces 20 € ne sont pas grand chose face au défi qui nous motive et que nous devons affronter avec toutes nos forces. Les membres du bureau de l'association donnent énormément de temps et d'énergie pour notre cause commune, ils le font bénévolement. Mais les déplacements à Paris, le site du GDiD, les rencontres avec les centrales syndicales et d'autres interlocuteurs coûtent cher. Rejoignez-vous pour cette dernière ligne droite! Nous n'avons jamais été aussi prêts du but. Merci.

1 commentaire:

  1. Si tu pouvais être entendu dans le brouhaha actuel...

    RépondreSupprimer